Cinéclub en novembre. Mois du Film Documentaire

21.10.2016

Rendez-vous incontournable pour mettre en lumière le documentaire de création, le Mois du film documentaire 2016 propose le meilleur du documentaire, et cette nouvelle édition ne déroge pas à la règle avec ces deux films remarquables : ils donnent à voir une réflexion et un éclairage inédit sur deux thématiques différentes, traitées de manière exemplaire.
 
Le 07 novembre à 21h
"Tous au Larzac ! "
Christian Rouaud, 2010, 120 min, sous-titres en russe
 
 
 
SYNOPSIS:
"Nous choisissons le Larzac, c'est un pays déshérité."
Marizette, Christiane, Pierre, Léon, José… sont quelques uns des acteurs, drôles et émouvants,
d’une incroyable lutte, celle des paysans du Larzac contre l’Etat, affrontement du faible contre le fort, qui les a unis dans un combat sans merci pour sauver leurs terres. Un combat déterminé et joyeux, mais parfois aussi éprouvant et périlleux.
Tout commence en 1971, lorsque le gouvernement, par la voix de son ministre de la Défense Michel Debré, déclare que le camp militaire du Larzac doit s’étendre. Radicale, la colère se répand comme une trainée de poudre, les paysans se mobilisent et signent un serment : jamais ils ne cèderont leurs terres. Dans le face à face quotidien avec l’armée et les forces de l'ordre, ils déploieront des trésors d’imagination pour faire entendre leur voix. Bientôt des centaines de comités Larzac naitront dans toute la France... Dix ans de résistance, d'intelligence collective et de solidarité, qui les porteront vers la victoire. 
Plus que jamais le Larzac est vivant !
 
 
Le 14 novembre à 19h
"Au bord du monde"
Claus Drexel, 2013, 98 min, sous-titres en ukrainien
 
 
 
SYNOPSIS:
La nuit tombe. Le Paris « carte postale » s’efface doucement pour céder la place à ceux qui l’habitent Jeni, Wenceclas, Christine, Pascal et les autres. À travers treize figures centrales, Au bord du monde dresse le portrait, ou plutôt photographie ses protagonistes dans un Paris déjà éteint, obscurci, imposant rapidement le contraste saisissant entre cadre scintillant et ombres qui déambulent dans ce théâtre à ciel ouvert.