Conférence de Gérard Conio au Musée national des Beaux-Arts d’Ukraine

16.09.2013

Mercredi 18 septembre à 17h

Entrée gratuite ayant le billet d'entrée pour le musée

Sujet : «  L’Art contre les masses. Esthétiques et idéologies de la modernité. »

« L’apparition de formes nouvelles dans l’art au début du Vingtième siècle ne saurait se dissocier des mutations sociales et politiques provoquées par la société de masse. Contrairement à l’idée répandue selon laquelle l’art doit être en phase avec son temps, j’ai l’intention de montrer dans mon intervention que l’art moderne a constamment été en  rupture avec les réalités pesantes et opprimantes de ce qu’on appelle « la modernité ». Toutes les invention de l’art moderne ont été des moyens de résistance du principe créatif contre le principe spéculatif, de la qualité contre la quantité, de la poésie contre les statistiques, elles ont été des stratégies de détournement et de retournement de la création poétique et artistique contre les nouveaux systèmes de domination suscités  par la société de masse, depuis le communisme et le nazisme jusqu’au triomphe de l’économie de marché. Pour rester fidèle à sa visée fondamentale, celle de l’art de tous les temps, la création a dû constamment « se décaler », elle a dû « sortir de soi » dans un mouvement de « déconstruction », de « dissémination » à l’origine de la traversée des cultures et des langages. Ainsi, les métamorphoses de la création décalée (le « sdvig » en russe) englobent l’ensemble des esthétiques du XX siècle, à travers les courants  qui, de la révolution de la forme à la révolution de l’esprit, ont manifesté l’opposition du modernisme artistique à la modernité sociale, de l’art moderne à la culture de masse. »

Gérard Conio

Conférence en russe