Ciné-club. Cycle Entre les murs

calendar 12 Février — 18 Février
clock 19h00
adress Cinéma Kiev 19, rue Velyka Vassylkivska

Ciné-club de l’IFU en février 2019
Cycle Entre les murs

Les murs d'un établissement scolaire, la salle d'une permanence d'un hôpital de la région parisienne pour délimiter l'espace de la narration des films. Entre ces murs, des femmes et des hommes chargés des peines provoquées par leur exil, disent leur détresse et espoir à leurs interlocuteurs. Ces deux documentaires donnent la parole à des anonymes en quête d'un avenir meilleur.

12 février à 19h

Le C.O.D. et le coquelicot de Jeanne Paturle et Cécile Rousset – 2014 – 24 min

Documentaire d’animation
Dans une école primaire d’un quartier périphérique de Paris réputé difficile, où les équipes d’enseignants s’épuisent et se succèdent d’année en année, cinq jeunes maîtres sans expérience ont fait le pari de rester. Cinq ans après, ils nous parlent de leur quotidien dans ce lieu où ils tentent de construire, dans une alternance de découragement et de projets, une école comme les autres.

La Cour de Babel de Julie Bertucelli – 2014 – 89 min / Documentaire

Ils viennent d’arriver en France. Ils sont Irlandais, Serbes, Brésiliens, Tunisiens, Chinois ou Sénégalais... Pendant un an, Julie Bertuccelli a filmé les échanges, les conflits et les joies de ce groupe de collégiens âgés de 11 à 15 ans, réunis dans une même classe d’accueil pour apprendre le français. Dans ce petit théâtre du monde s’expriment l’innocence, l’énergie et les contradictions de ces adolescents qui, animés par le même désir de changer de vie, remettent en cause beaucoup d’idées reçues sur la jeunesse et l’intégration et nous font espérer en l’avenir...

Acheter les billets

13 février à 19h

La Permanence de Alice Diop – 2017 – 97 min / Documentaire

La consultation se trouve à l'intérieur de l'hôpital Avicenne. C'est un ilôt qui semble abandonné au fond d'un couloir. Une grande pièce obscure et vétuste où atterrissent des hommes malades, marques dans leur chair, et pour qui la douleur dit les peines de l'exil. S'ils y reviennent encore, c'est qu'ils ne désespèrent pas de trouver ici le moyen de tenir debout, de résister au naufrage.