fbinstagrammailvk

La Révolution du 1917: un regard français

25.04.2017

La Révolution de 1917 : un regard français. Un siècle d’interprétations et de représentations. Présentation de la traduction du livre en ukrainien en présence de l’auteur, Éric Aunoble

Le 26 avril à 18h

Kyivskyi boudynok knyhy / 11/61, rue Lva Tolstogo

Le lecteur ukrainien sera peut-être surpris de trouver en ce livre, paru récemment aux éditions Nika-centre, la contribution d’un historien français sur le sujet encore brûlant de la révolution de 1917 ; contribution, s’inscrivant qui plus est, à contre courant de l’opinion dominante. Cette édition ukrainienne comporte deux titres. L’auteur espère d’abord que le public ukrainien, qui a déjà eu accès au Livre noir du communisme et au Bolchevisme à la française – deux ouvrages sous la responsabilité de Stéphane Courtois – aura envie de découvrir un point de vue différent. Il trouvera ici un autre regard tant sur les événements qui ont suivi 1917 (Les révolutions communardes de 1919 en Ukraine) que sur les tensions politiques et culturelles provoquées en France par cette révolution (La révolution de 1917 : un siècle de débats en France). Au lecteur de se faire un avis : la confrontation de points de vue opposés est la condition première de toute vie démocratique.

Eric Aunoble est chargé de cours à l’Université de Genève.
Il a commencé ses recherches sur l’Ukraine soviétique dans les années 1990 en préparant une thèse de doctorat sur les communes comme forme d’utopies révolutionnaires. Cela lui a permis de travailler en profondeur sur les sources soviétiques des années 1919-1935. Cette recherche, concrétisée par la publication d’un livre, est aujourd’hui poursuivie et développée selon trois axes : la dynamique des conflits liés à la période révolutionnaire; l’élaboration d’une culture soviétique ; les rapports sociaux dans l’Ukraine des années 1920-1930.
Il participe actuellement au projet Mémoires divisées, mémoires partagées. Ukraine / Russie / Pologne (XXe-XXIe siècles) : une histoire croisée, initié par Korine Amacher (Université de Genève), auquel collabore également Andriï Portnov, historien ukrainien.


ENTREE LIBRE