fbinstagrammailvk

Nouveautés de novembre 2012

LIVRES:

LE ROMAN POLICIER HISTORIQUE
SARROT, Jean-Christophe ; BROCHE, Laurent
NOUVEAU MONDE EDITIONS, 2009
Lorsque le polar se charge des effluves du passé, cela donne le roman policier historique, qui gagne les faveurs du public dès les années 1980 et représente aujourd'hui un secteur phare des littératures policières. De l'Egypte ancienne à un passé proche, il embarque le lecteur dans un autre univers et le plonge dans le mystère. A travers de multiples exemples et en donnant souvent la parole aux romanciers eux-mêmes – dont certains confient ici leurs " secrets de fabrication " -, Jean-Christophe Sarrot et Laurent Broche font partager leurs bonheurs de lecture et invitent à la découverte d'un nouveau continent littéraire, encore largement méconnu.
 
 
100 FILMS : DU ROMAN À L'ÉCRAN
MITTERAND, Henri
NOUVEAU MONDE EDITIONS, 2011
Peut-on faire d'un grand roman un grand film ? Depuis ses débuts, le cinéma se nourrit de littérature, mais l'alchimie qui permet de transposer l'oeuvre romanesque sur grand écran semble réservée aux plus grands cinéastes : Kubrick, Visconti, Renoir, Bresson et quelques autres ont su créer des chefs-d'oeuvre à partir d'autres chefs-d'oeuvre, quand d'autres en livraient de pâles copies. Pour la première fois, cet ouvrage étudie in vivo l'art et la technique de l'adaptation à travers 100 cas concrets, qui soulèvent autant d'interrogations différentes.
 
 
PARIS AU CINÉMA : LA VIE RÊVÉE DE LA CAPITALE DE MÉLIÈS À AMÉLIE POULAIN
BINH, Nguyen Trung ; GARBARZ, Franck
PARIGRAMME, 2005
Un monument immédiatement identifiable, une rue familière, l'ambiance d'un café ou du métro disent l'essentiel au spectateur : nous sommes à Paris. Ces décors peuvent bien être dispersés aux quatre coins de la capitale, peu importe ! La géographie du cinéma s'affranchit des contraintes pour réinventer une ville tissée de fantasmes et de souvenirs, de peurs et de désirs. Pour autant, le Paris du septième art n'est pas une cité fantôme : du muet aux studios, des productions hollywoodiennes à la Nouvelle Vague, de monsieur Hulot à Amélie Poulain, le cinéma cultive les archétypes et entretient avec constance un petit peuple de chauffeurs de taxi bavards, de prostituées au grand cœur, de mauvais garçons gouailleurs, de bourgeois suffisants et d'inspecteurs de police au regard un peu las… Comment imaginer Paris sans Parisiens ? Dans leurs emplois de prédilection, Jean Gabin, Danielle Darrieux, Sacha Guitry, Arletty, Michel Simon, Jean-Paul Belmondo, Fabrice Luchini ou même Audrey Hepburn leur ont donné un visage… et, plus encore, une âme. Au fond d'une salle obscure, qui n'est prêt à croire, après Garance et Frédérick dans Les Enfants du paradis, que " Paris est tout petit pour ceux qui s'aiment comme nous d'un aussi grand amour " ?
 
 
LES ÉGÉRIES RUSSES
SAINT BRIS, Gonzague ; FÉDOROVSKI,Vladimir
JC LATTÈS, 1994
Mêlant l'amour à l'art, à la poésie, à la politique, elles traversèrent le siècle comme une flamboyante traînée de poudre, suscitant passions et émerveillements. Olga, qui devint Picasso, Gala, qui fut Eluard avant d'être Dali, Elsa l'inséparable d'Aragon, Dina l'inspiratrice de Maillot, Lydia celle de Matisse, elles étaient toutes russes, femmes d'exception, poursuivant des rêves de gloire ou fuyant les tourments révolutionnaires. Toutes à leur manière étaient des artistes, mais aussi parfois de fabuleuses manipulatrices, comme Maya entraînant Romain Rolland chez Staline, ou Elsa poussant Aragon dans un engagement aveugle aux côtés des communistes. Pour la première fois ce livre raconte ces histoires, souvent secrètes, mal ou peu connues : la visite chez Tolstoï de Lou Andreas-Salomé et de Rilke, la rencontre de Gala et d'Eluard au sanatorium de Clavadel, les années passion avec Dali, tout ce tissage et métissage entre la France et la Russie où se joue le destin des plus grands poètes : Anna Akhmatova, Tsvetaieva, Pasternak… Les Egéries russes rend hommage à ces femmes qui ont voulu signer des hommes comme elles auraient signé des œuvres.
 
 
LE ROMAN D’ODESSA
GURFINKIEL, Michel
ROCHER, 2005
Léon Trotsky, le créateur de l'Armée rouge, ou Vladimir Jabotinsky, le fondateur du sionisme nationaliste et de l'Irgoun, Rabbi Nahman de Bratslav, le Messie des âges d'incroyance, Isaac Babel, le romancier des bas-fonds et des Cosaques… Pouchkine et Mickiewicz, Ilya Myetshnikoff, le premier prix Nobel de médecine russe, Timoshenko, qui invente le cinéma avant les frères Lumière, et Outouchkine, le premier as de l'aviation russe…
Ce qu'ils ont en commun ? Ils sont tous nés à Odessa, ou y ont vécu. Fondée en 1794 par Catherine II sur les bords de la mer Noire, cette ville est devenue en 1914 la troisième de Russie, après Saint-Pétersbourg et Moscou. Conçue par son premier gouverneur, le Français Armand-Emmanuel de Richelieu, comme une utopie libérale et moderniste, elle accueille des élites cosmopolites – banquiers italiens, négociants grecs, seigneurs polonais, princes tatars -, mais aussi les juifs de Pologne, de Lituanie et d'Ukraine, en butte à l'arbitraire et aux pogroms, qui y forment bientôt le tiers de la population.
C'est à Odessa que surgit le génie juif moderne, qui va révolutionner le monde du XXe siècle, de Paris à Berlin et de New York à Tel-Aviv.
 
 
NOUVELLES D'UKRAINE
KOURKOV, Andreï ; ZABOUZHKO, Oksana ; ANDROUKHOVYTCH, Yuriy ; PROKHASKO, Taras ; JADAN, Serhiy ; MATIOS, Maria
MAGELLAN ET CIE, 2012
Kiev, Odessa, Sébastopol : ces villes d’Histoire et de culture parlent à notre imaginaire. Elles sont en Ukraine. Aux portes de l’Asie, mais très ancrées en Europe centrale. Comment en serait-il autrement en ayant des frontières avec la Pologne, la Russie, la Roumanie, la Moldavie, la Slovaquie, la Hongrie, le Belarus ? Au contact du monde méditerranéen par sa façade sur la Mer Noire, l’Ukraine reconstruit son identité et lutte depuis des siècles pour son indépendance et sa liberté. Les nouvelles réunies ici, qui fourmillent de références à la vaste culture ukrainienne depuis Nicolas Gogol, Taras Chevtchenko et Mikhaïl Boulgakov, témoignent de la diversité de ce grand pays européen et d’une véritable renaissance littéraire. 
 
 
LE LIVRE DES POGROMS : ANTICHAMBRE D'UN GÉNOCIDE : UKRAINE, RUSSIE, BIÉLORUSSIE, 1917-1922
MILIAKOVA, Lidia ; WERTH, Nicolas
CALMANN-LÉVY, 2010
Entre 1918 et 1922, au cœur du tumulte de la guerre civile qui suit les révolutions de 1917, ont lieu les plus grands massacres prégénocidaires de l'histoire juive. Dans des conditions atroces, 100 000 à 150 000 Juifs y perdent la vie, 200 000 sont blessés. Peut-on encore qualifier ces tueries de pogroms, tant ce massacre de masse semble à l'échelle de la guerre totale qui vient de dévaster l'Europe ? C'est bien d'extermination qu'il s'agissait. Dans le chaos général de la révolution, les Juifs seuls étaient visés au nom de leur identité supposée. Et leurs voisins chrétiens, paysans ou artisans locaux, loin de chercher à les protéger, exacerbèrent au contraire les violences dans une contagion jouissive, enivrés par la promesse d'un monde sans entrave et sans loi.
Livre des pogroms, publié à Moscou en 2006, rassemble des milliers de témoignages recueillis dès mai 1919 auprès des survivants et des réfugiés, ainsi que les rapports d'enquêtes diligentés par les organismes d'aide aux victimes. Un ouvrage d'une valeur historique exceptionnelle.
 
 
LA TERREUR ET LE DÉSARROI : STALINE ET SON SYSTÈME
WERTH, Nicolas
PERRIN, 2007
Métropole d'une religion de salut temporel, l'URSS de Staline fut un empire, élevé sur les ruines des nations européennes après deux guerres mondiales, et la propagandiste d'un message, apparemment universel, qui fascina des peuples du tiers monde ou des intellectuels, autant qu'il répandit une sorte de terreur partout ailleurs.
Nicolas Werth explore les méandres de l'univers soviétique sous Staline. Il montre en quoi le stalinisme, dans la suite logique du léninisme, impose une ligne du parti fixée d'en haut, expérimente une véritable ingénierie sociale et propose aux Soviétiques la vision d'un monde peuplé de forces bonnes - les staliniens - et mauvaises - tous les autres, à noyer dans le sang.
Au croisement de l'histoire politique et d'une histoire sociale, cet ouvrage propose une nouvelle manière de penser le stalinisme.
 
 
L’IVROGNE ET LA MARCHANDE DE FLEURS : AUTOPSIE D'UN MEURTRE DE MASSE, 1937-1938
WERTH, Nicolas
POINTS, 2011
Le 30 juillet 1937, Staline appelle à l'élimination secrète des «éléments contre-révolutionnaires» et fixe, région par région, des quotas d'arrestations, de condamnations. «1re catégorie : à fusiller ; 2e catégorie : dix ans de travaux forcés au Goulag.»
Instantanément, dans un vertige d'émulation, l'administration policière réclame des dépassements de quotas. Chacun veut gagner la course au rendement ; à Moscou, surtout, où se distinguent l'efficacité et le zèle d'un certain Khrouchtchev.
Très vite, forcément, les suspects manquent. La chasse aux innocents commence. La machine s'emballe, fabrique de nouvelles listes, statue sur le sort des «enfants de moins de 3 ans socialement dangereux» et tue à la chaîne. 1 500 morts/jour. 750 000 morts en seize mois. La Grande Terreur. N'importe qui, n'importe quand. Tel ivrogne, dont le seul crime est d'avoir éclaboussé de vodka le portrait d'un hiérarque, telle marchande de fleurs décrétée terroriste.
L'ivrogne et la marchande de fleurs, deux victimes anonymes. Le premier introduit ce livre, la deuxième le conclut. Pour que cette page secrète de l'histoire reste à jamais ouverte.

CD AUDIO :

LA GRANDE FAMINE EN UKRAINE 1932-33 : LA PLUS GRAND CRIME DE MASSE DU STALINISME
WERTH, Nicolas
DE VIVE VOIX, 2009
Entre 1931 et 1933, six millions de paysans meurent de faim en URSS. Cette famine ne doit rien aux conditions météorologiques, mais découle directement de la collectivisation forcée des campagnes mise en œuvre, à partir de 1930, par Staline. Cette famine fut totalement passée sous silence jusqu'à la Perestroïka gorbatchévienne. Depuis la chute de l’URSS, l’ouverture des archives soviétiques a permis de faire la lumière sur cette tragédie. Cet enregistrement inédit est le premier document en français consacré au plus grand crime de masse du stalinisme.
 

LETTRE D'INFORMATION

LE PRINTEMPS FRANCAIS

PORTAIL DES ETUDIANTS

PORTAIL DE LA MÉDIATHÈQUE

mediatheque

CULTURETHÈQUE

portail du cinema

JOURNEES DE LA FRANCOPHONIE

RÉSEAU FRANÇAIS EN UKRAINE

RÉSEAU FRANÇAIS EN UKRAINE